Apprendre la musique,.. un « truc » démodé ???

On a longtemps dit que l’apprentissage de la musique devait s’aborder très jeune. Que la musique est un loisir onéreux. Qu’il fallait souffrir pour y arriver. Que le solfège était incontournable et était un préambule obligatoire à toute pratique instrumentale. Qu’il fallait jouer plusieurs heures par jour pour avoir des résultats acceptables. Qu’il fallait « entrer en musique » comme on entre en religion, en abandonnant toute autre forme d’activité ou de loisirs…

Et si, précisément, la musique était un fantastique loisir ?? Bien sur, pour envisager une carrière professionnelle, il faut sans doute bien un acharnement, une persévérance et un… talent sans limites, est-ce en cela particulièrement différent d’une pratique sportive de haut niveau, mais il est sans doute tout-à-fait envisageable de pratiquer la musique de manière détendue et d’y prendre du plaisir!
Comme pour tout loisir, il faudra un minimum d’assiduité pour progresser, disposer d’un peu de temps pour s’entraîner, en trouver ensuite pour jouer à plusieurs, et un minimum d’équipement…

Image 18_3
A quel âge faut-il commencer la musique? Cela n’a en fait, aucune importance… Mais pas avant 6 ou 7 ans car il faut attendre que le développement de l’enfant soit bien avancé. Et… qu’il ait compris, avec l’école, ce qu’était l’acte d’apprendre. Pour ce qui est de la limite haute, elle n’existe pas, même si bien évidemment, commencer jeune permet d’envisager une progression plus importante. Pourquoi « frustrer » un adulte qui souhaite vivre un rêve d’enfant? On a peut-être plus de mal, étant adulte, à se retrouver en situation « d’apprenant ». Mais les motivations sont souvent suffisamment intenses pour passer au delà!

page14_1
L’achat d’un instrument de musique est onéreux, dit-on souvent. Sans doute, si l’on souhaite acquérir un saxophone Selmer ou un piano Steinway. Mais on parle ici presque d’oeuvres d’art… Il est possible de trouver des instruments parfaitement adaptés à un apprentissage correct pour quelques centaines d’Euros; ce ne seront assurément pas des instruments « de concert », mais ils rempliront parfaitement l’objectif qui leur est fixé. Et puis, il y en a même un, souvent de qualité, dont nous sommes déjà « équipés »: notre voix! Attention cependant au « coup de coeur » pour le bel instrument, pour le beau meuble, mais dont les caractéristiques ne sont pas adaptées aux besoins du débutant ou qui ont plus de qualité esthétique que vraiment sonore...

L’apprentissage de la musique est réputé être long et fastidieux, au regard de l'apparente facilité et du résultat obtenu sans délai dans nombre de loisirs actuels. C’est vrai. Mais le plaisir vient cependant très vite, si l’on sait le stimuler: c’est « du bonheur » de jouer un morceau que l’on aime, c’est « génial » de jouer à plusieurs, et ce dès les premiers mois de pratique… Evidemment, pas de quoi encore programmer le Zénith ou l’Olympia, mais la satisfaction d’un morceau joué ensemble et réussi est sans limites..
Encore faut-il mettre en oeuvre les moyens appropriés. On n’enseigne plus la musique aujourd’hui comme on le faisait il y a 50 ans.


Q
uel rôle entend-on donner à la pratique musicale : simple loisir ou élément de culture? Dans un cas comme dans l’autre, cela nous enrichit et contribue à ce que nous sommes, quotidiennement. Les nouvelles technologies ont fait beaucoup pour nous apporter une « consommation musicale » aisée, parfois même de manière illicite, mais elles ont aussi contribué à faire de chacun de nous des « consommateurs d’art » plus avertis. La pratique musicale est un maillon complémentaire de cette éducation; elle permet de comprendre les problématiques du spectacle, d’identifier les « vraies » prises de risques artistiques des impostures, de partager des émotions de manière bien plus intense…



page14_3
On est aujourd’hui bien obligé d’admettre que souvent, rythme professionnel ou activités multiples obligent, apparaît comme « dépassé » le fait de passer de longs moments
quotidiens à l’apprentissage et au travail de l’instrument qu’imposent le désir d’une orientation pré-professionnelle
et… la plupart des méthodologies et des ouvrages
d’apprentissage !
charlinemd
En revanche, « l’art musical » n’a jamais été aussi diffusé : radio, télévision, concerts, Cds, … téléchargements –plus ou moins licites !- , logiciels d’informatique musicale, Fête de la Musique ! Sans doute faut-il donc repenser l’apprentissage musical d’une autre manière, afin de s’adapter aux nouveaux rythmes de vie, et accorder dorénavant une place de choix aux adultes intéressés par la musique, et qui souhaitent y consacrer un peu de leurs temps de loisirs.

Nous avons mis au point à leur intention un  « apprentissage- loisir » tenant compte d’une part, du temps qu’ils peuvent accorder ou
non à leur instrument de manière quotidienne, et d’autre part, leur permettant de profiter du cours comme d’un moment de loisir et de partage du plaisir musical, sans pour autant céder aux tentations faciles d’un enseignement « au rabais »…

Vous avez toujours rêvé de jouer de la musique? Venez nous rencontrer pour une séance d'essai. Les inscriptions sont reçues toute l'année…
page14_5